Murghab, Rangkul et Madiyan

Murghab, Rangkul et Madiyan

Après avoir commis l’erreur de chercher un transport pour Murghab un dimanche, avoir accepté de nous faire ouvertement prendre pour des idiots (pour rester pôli), nous nous sommes mis en route pour Murghab, la dernière « ville » au Tadjikistan sur la Pamir Highway avant le Kirghizstan et la Chine. Je ne m’étendrai pas sur le petit con (et son pote) qui servait de chauffeur, qui prenait un malin plaisir à foncer dans tous les trous juste pour nous voir sauter à l’arrière du van dans le rétro sans se demander comment il paierait le propriétaire quand il aurait cassé la voiture, qui s’est tapé quelques vodkas à Alichur avant de rouler ensuite comme une furie dans Murghab dès qu’il voyait des piétons sur son chemin. Rien que d’y repenser quatre ans plus tard arrive encore presque à m’énerver.

Bienvenue à Murghab, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

En chemin, nous sommes lentement montés des « collines » avec encore un peu de végétation au plateau désertique que sont les Pamir. Pour cause de conflit au Kirghizstan, les seuls camions que nous ayons vus étaient des semi-remorques chinois venus du col de Torugart, qui arrivaient vaille que vaille à rouler sur cette piste pourtant pas toujours simple et en bon état.  Plus on monte, et plus les villages sont espacés les uns des autres et sommaires. Nous avons fait une petite pause à côté d’Alichur, lui-même un petit village fait de maisons blanches sur un niveau avec pas grand chose sinon une mosquée. Un peu plus loin, par chance, la vieille dame que le petit con s’amusait aussi à faire sauter par sa conduite débile a eu besoin d’aller aux toilettes juste devant le superbe lac Sossyk Kul.

En route pour Murghab sur les rives du Sossyk Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Sossyk Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net En route pour Murghab sur les rives du Sossyk Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
En route pour Murghab sur les rives du Sossyk Kul Sossyk Kul Sossyk Kul

Enfin arrivés à Murghab, après avoir réussi à ne pas taper sur le chauffeur, nous est arrivée une petite anecdote sympa. Nico, que nous avions rencontré à Khorog et qui nous accompagnait sur ce trajet, avait entendu parler d’une Gulnara qui hébergeait des voyageurs. Ils nous ont donc amenés chez une Gulnara, tadjike, qui n’avait jamais entendu parler des potes de Nico passés un an plus tôt, mais qui nous a malgré tout logés moyennant une coût assez normal. Cette Gulnara n’était autre que la professeur d’anglais de Murghab et a pu nous rediriger vers « notre » Gulnara, qui était en fait kirghize, et chez qui nous avons logé ensuite. Gulnara s’est ainsi occupée plus tard de notre transport pour Rang Kul puis pour revenir ensuite sur Khorog.

Marché de Murghab

Mosquée de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.netMosquée à l’entrée Ouest de Murghab

Murghab est une bourgade perchée à 3600m sur la Pamir Highway, et si on parle un peu russe, on peut très rapidement y connaitre tout le monde,  ou même sans parler à qui que ce soit être connu de tous. L’un des endroits qui m’a le plus plu là-bas a été le marché. Ici, on ne s’est pas embarassé de détails pour la construction. Le marché consiste en une allée de vieux containers reconvertis en magasins. Certains ont été mieux retapés que d’autres, avec carrément des jolis cadres de fenêtres percés dans les parois du container auxquelles il ne manque d’une potée de géraniums. La palme revient à un wagon de train qui a réussi à être remonté sur place. La vieille citerne reconvertie en café puis magasin de bouffe mérite aussi une mention spéciale. Eric, un autre camarade de voyage, en demandant à des vieux kirghizes portant fièrement leur beau chapeau typique s’il pouvait les filmer s’est fait rembarrer par un superbe « non, je veux pas finir encore une fois sur Internet ». Comme quoi, Murghab est plus touristique et orienté nouvelles technologies qu’on ne voudrait bien le croire!

Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché de Murghab, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

Rangkul

Lac de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

Une fois passé devant le cimetière de Murghab, à la sortie Est de la ville, la M41 continue en direction de la Chine et du Kirghizstan. Une bifurcation à droite plus loin, on part pour Rangkul, superbe lac niché au creux d’une vallée qui mène tout droit au village de Rangkul, situé à à peine 5km de la frontière avec la Chine. Pendant tout le temps où nous sommes restés au bord du lac, nous n’étions que quatre personnes en incluant le chauffeur, sans le moindre bruit, au milieu de cet immense paysage par moments un peu effrayant. Un paquet de photos et de « wouah, c’est beau » plus tard, nous sommes partis pour le village de Rangkul, chez des amis kirghizes de Gulnara, chez qui nous avons mangé puis lancé une partie endiablée de volley-ball. La visite de la ville a été assez rapide, avec comme seule vie constatée des chiens normalement utilisés à protéger les maisons des loups pendant l’hiver, et des enfants tout contents de voir des nouvelles têtes. Murghab passe pour une mégalopole débordant d’activité par rapport à Rangkul!

Chor Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Chor Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Chor Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
Lac de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Lac de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Lac de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
Village de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Village de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Village de Rang Kul, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

Sources chaudes de Madiyan

Sources chaudes de Madyian, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
L’autre excursion que nous avons faite à partir de Murghab était aux sources chaudes de Madiyan, auxquelles on accède par des prés dans lesquels les yaks viennent se nourrir paisiblement. Nous en gardons un souvenir mitigé à cause du comportement de la « directrice » des lieux, qui a changé le prix par rapport à ce qu’elle avait dit à Gulnara à la base, et à l’une de ses petites-filles qui a essayé de me voler mon lecteur mp3 en le cachant parmi des couvertures. L’endroit est pourtant joli, avec des yourtes montées pour les touristes et chauffées naturellement grâce au passage d’eau chaude de la source dans des radiateurs. Toujours bon à prendre quand on est à 3600m d’altitude même en juin! Il y a une section pour hommes et une autre pour femmes, et c’est aussi un point de départ sympa pour des petites balades. Nous étions malgré tout contents d’en partir vu comment la dame s’était comportée avec notre petite troupe…

Sources chaudes de Madyian, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Sources chaudes de Madyian, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Sources chaudes de Madyian, Pamir, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net
Send to Kindle

Khorog : porte d’entrée dans les Pamir

Khorog : porte d’entrée dans les Pamir

Marché afghan de Khorog, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

Trajet Dushanbe – Khorog

Le trajet pour Khorog depuis Dushanbe s’est bien passé. En plus d’avoir un conducteur sage et responsable, nous avions en plus une équipe de gens se rendant à Khorog pour une conférence sur la société civile et qui parlaient couramment anglais. Cela nous a grandement aidés quand des policiers verreux de 16 ans ont essayé de nous faire payer une fausse taxe d’entrée dans un territoire. Il a suffi de la part du plus âgé de nos compagnons de voyage d’un bon gros « Nous allons à une conférence importante à Khorog et les deux ici sont des invités de marque » pour qu’il nous laisse passer.

Au fur et à mesure qu’on s’éloigne de Dushanbe, les montagnes commencent à devenir de plus en plus hautes autour de nous, puis après être descendus tout droit vers le sud pendant près de la moitié du trajet, et après un col accidenté, nous avons pris vers l’est pour remonter la rivière Pyanj, qui fait la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan. Avec la lumière qui commençait à descendre, et l’importance de cette région dans le trafic d’opium et autres drogues, Sab commençait à se faire du souci pour la sécurité avec de possibles rencontres avec des trafiquants. Une discussion rapide de notre chauffeur avec une petite patrouille nous a permis de savoir que tout semblait calme en ce moment. Les patrouilles de contrôle sont en fait des groupes de 5-6 jeunes soldats avec 3 poils sur le menton, tous maigres armés de vieilles mitrailleuses rouillées. Pas vraiment de quoi contrôler plusieurs centaines de kilomètres de frontières, mais au moins ils essaient.

Marché afghan de Khorog

Khorog n’apporte pas grand chose, malgré de très jolies montagnes aux alentours. Nous avons aimé nous poser sur le tapchan du restaurant du parc municipal avec une vue imprenable sur la rivière Gunt, mais à part se reposer et chercher un moyen de transport, il n’y a pas grand chose à faire dans la ville.

Malgré tout, l’un des attraits de Khorog est son marché afghan qui a lieu tous les samedis. Dans un principe similaire a celui d’Ishkashim mais en plus petit, il donne la chance à des afghans de venir vendre leurs produits du côté tadjik de la rivière Pyanj. C’était très agréable de voir leurs produits, de discuter avec un ancien coordinateur de la Croix Rouge qui a pu nous expliquer deux ou trois choses à propos du marché et des vendeurs. Ce qui l’était beaucoup moins et a été une bien trop grosse distraction a été la présence de deux tadjiks en costume, qui ont passé leur temps à surveiller (et même interroger de façon informelle) deux occidentales venues filmer le marché et qui nous surveillaient aussi un peu au passage. Nous les avons soupçonnés d’être des agents de la police ou du KGB local. Préférant ne pas avoir affaire à eux, nous ne nous sommes malheureusement pas trop éternisés au marché, mais aurions aimé en profiter plus. La semaine suivante, nous pensions pouvoir aller à celui d’Ishkashim pour nous rattraper, mais pour cause de visite présidentielle, il était annulé et une partie de la vallée de toute façon fermée au reste du monde…

Marché afghan de Khorog, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché afghan de Khorog, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net Marché afghan de Khorog, Tadjikistan | Voyage-asie-centrale.net

 

 Transports depuis Khorog

Notre principal passe-temps à Khorog aura été d’essayer de trouver une jeep pour aller à Murghab, la dernière « ville »  sur la Pamir Highway avant de bifurquer vers le Kirghizstan et la Chine. Pour cela, il faut aller à la gare routière et essayer de ne pas trop se faire arnaquer par les chauffeurs de jeeps collectives. S’il faut retenir une chose lors d’un trajet Khorog – Murghab, c’est qu’il ne faut pas essayer de le faire le dimanche, puisque moins de voitures font le trajet, et les chauffeurs mettent encore plus la pression sur les prix. Cela a été l’occasion d’une scène absurde. En discutant avec un chauffeur qui parlait anglais et à qui je demandais de traduire aux autres chauffeurs que soit je payais le prix local soit ils ne gagneraient simplement pas d’argent aujourd’hui, tous les chauffeurs ont été unanimes pour préférer rentrer à la maison sans un sou plutôt que d’accepter de ne pas voler un occidental. Le machisme tadjik à son comble, puisque chacun se doit de montrer qu’il est le mâle dominant… La marge de manoeuvre de mon interlocuteur était d’ailleurs limitée par son origine ethnique. Etant kirghize et les autres chauffeurs tous tadjiks, il préférait ne pas trop pousser puisque les deux communautés se détestent, et il savait que de toute façon les tadjiks ne lui (et moi par extension) ne lui feraient pas de cadeaux.

Hébergement à Khorog

Nous avons dormi au Lalmo Homestay, près de l’école, sur les hauteurs de Khorog. Elle et sa famille sont des personnes charmantes et très gentilles. Au-delà de ses excellentes confitures notamment de pomme, c’était très intéressant de discuter avec elle et sa fille de la vie au Tadjikistan. Sa fille voulait se lancer dans le droit, mais ne pouvait pas se permettre le pot-de-vin indispensable à tout étudiant en droit de 10 000 dollars au doyen de l’université pour avoir le diplôme. Et oui, pour pouvoir devenir avocat ou juge et travailler à faire respecter la loi dans le pays, il faut corrompre l’autorité de l’université. Ca donne une idée de l’ambiance dans le pays.

Lalmo est située juste à côté de la Pamir Lodge, qui peut être un endroit très pratique pour rencontrer d’autres gens avec qui louer un transport pour Murghab, par exemple.

Send to Kindle

Dushanbe, nos premiers pas au Tadjikistan

Après un mois de bonheur en Chine, comme prévu, il était temps pour nous de gagner le Tadjikistan, fin de notre périple.  L’ensemble du trajet de Ürümqi pour Dushanbe n’a pas été une bonne entrée en matière dans le pays, et heureusement tout s’est amélioré ensuite.

Arrivée au Tadjikistan

Le laxisme de la compagnie aérienne (mandatée par China Southern Airlines) quant aux chargements autorisés en soute et l’abondance de bagages en soute nous a inquiétés au point que j’ai presque dû tirer Sab dans l’avion au moment de l’embarquement tellement tout le monde avait acheté plein de produits de toutes sortes pour ensuite les revendre au Tadjikistan. Le temps pris par l’avion pour finalement décoller à la fin de son élan lui a presque donné raison. Une fois arrivé à Dushanbe, nous avons pu passer la douane sans que le policier à l’air corrompu jusqu’à l’os n’essaie de nous arnaquer. Un taxi nous a amenés à un vieil hôtel de l’époque soviétique bien glauque, où un mec bourré a touché les seins de Sab alors qu’elle se lavait les mains dans la salle de bains commune avant ensuite d’essayer de rentrer dans notre chambre avec un pain qu’il voulait nous donner pour essayer de se faire pardonner. Nous avons fui cet hôtel dès le lendemain matin pour partir au Acted Homestay sur la rue Mirzo Tursunzoda. Là-bas nous étions au calme, dans une famille plutôt sympathique. Je recommande chaudement cette adresse plutôt bien située pour un tarif plutôt décent par rapport à ce que l’on peut trouver dans cette ville.

Activités à Dushanbe

Nous avons passé notre dernière semaine au Tadjikistan à préparer notre nouvelle vie en France et essentiellement chercher du travail. Malgré tout, il peut y avoir quelques activités intéressantes :

  • Mosquée ismaelite où vous trouverez toujours quelqu’un de bien plus instruit que les autres locaux pour vous guider (merci les programmes d’éducation financés par l’Aga Khan)
  • Musée des antiquités avec pas mal d’objets de différentes époques. Inévitablement, notre guide était elle aussi une ismaelite qui parlait couramment anglais
  • Admirer le détournement d’argent public pour la gloire du président avec son palais présidentiel utilisé au mieux 5 fois par an alors que les infrastructures du pays sont défaillantes
  • Bazar au bout de la rue Mirzo Tursunzoda avec son large choix de tissus, pains, fruits, légues, etc.

Danseuse à Dushanbe, Tadjkistan | Voyage-asie-centrale.net

Transports à Dushanbe

Il existe de nombreux bus, facilement accessibles depuis cette guesthouse. Les deux points les plus importants lors d’un voyage à partir de Dushanbe sont les deux gares routières. Celle au sud permet de rejoindre les Pamir avec des 4×4 collectifs pour Khorog, et celle du nord pour aussi des voitures collectives pour les montagnes Fan et Ishilkul.

Pour partir pour Khorog, notre prochaine étape, nous étions donc à la gare routière du Sud, où nous avons réservé notre place la veille du départ, en insistant bien pour prendre l’itinéraire Sud, qui longe la rivière Pyanj et l’Afghanistan. Ce trajet est un peu plus long en kilomètres, mais moins accidenté et mieux entretenu. Ainsi, nous n’avons eu besoin « que » de 8 ou 9 heures pour arriver à Khorog, contre les 16 heures que nos camarades ont passées par l’itinéraire Nord aux routes défoncées.

Boire et manger à Dushanbe

Notre cantine a été le Merv, chaine de restaurant turque qui fait de la nourriture plutôt bonne à un prix tout à fait raisonnable. Un restaurant coréen venait d’ouvrir juste à côté du Merv  au moment de notre séjour, où nous avons fait partie des premiers clients. Le restaurant géorgien sur Rudaki valait largement le déplacement. Gastronomiquement, le Tadjikistan est dans une détresse pire que celle de l’Ouzbékistan voici, où la bouffe était déjà mauvaise. La Chine nous a grandement manqué tout le temps que nous étions dans le pays.

 

Send to Kindle