Marché de nuit d’Ürümqi

Après un trajet de 24 heures en bus depuis Almaty, nous sommes arrivés à Ürümqi assez fatigués et surtout soulagés d’enfin pouvoir nous reposer un peu. Nos premiers pas en Chine se sont avérés plutôt intéressants, dans une ville que le gouvernement essaie de siniser, où les ouïghours se font rares et où on parle plus russe qu’anglais.
Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang, Chine

Tout commence plutôt mal. Nous n’avions pas prévu d’aller en Chine, donc nous avions laissé le Lonely Planet de la Chine
, sainte bible de tout voyageur, à Paris. Une dame qui partageait le bus avec nous se débrouille pour expliquer à un chauffeur de taxi comment aller à l’auberge que nous avions vue, la Xinjiang Maitian International Youth Hostel, et nous voilà partis pour la première arnaque. Pour avoir juste appelé l’auberge pour confirmer l’adresse, le chauffeur nous surcharge de quelques yuans. Ca ne crève pas notre budget, mais encore une fois, nous nous énervons plus pour une question de principe que de montant. A l’auberge, on se pose tranquillement, avec un personnel qui parle peu anglais, et à notre grand désespoir, ils ne font pas de petit déjeuner pour le moment puisque la personne compétente n’est pas arrivée. Seule alternative, aller chercher un petit déjeuner dans la rue. Ce fut un cauchemar pour Sab pour qui le petit déjeuner doit être copieux et sucré, et qui finalement aura droit à un plat de soupe de nouilles épicée à 8h30 du matin. On ne finit même pas nos plats et rentrons nous coucher, pensant que ça irait mieux ensuite.

Au réveil, nous tombons sur des camarades espagnol et singapourien que nous avions déjà rencontrés à Tashkent pour faire notre visa pour le Kazakhstan. Ils ont eu la présence d’esprit de prendre le train de de Tashkent à Almaty pour s’éviter les problèmes de passage de frontière, puis ont pris un autre train de Almaty à Ürümqi. Les voilà désormais à recharger les batteries avant de partir vers Kashgar puis Hotan. Nous faisons aussi la connaissance d’un canadien de Terre-Neuve, qui se surnomme lui-même Newfie, et qui est l’archétype du voyageur un peu cowboy qui raconte comment il a tout vécu depuis 20 ans qu’il voyage, comment c’est tous des cons partout, etc. et qui à 45 ans commence à se rendre compte que même s’il a beaucoup voyagé et vu plein de choses, il n’a rien construit, n’a pas de famille, aucun endroit qu’il puisse considérer comme chez lui, etc. C’est une personnalité « intéressante » qui restera parmi les figures de ce voyage. C’est d’ailleurs étonnant qu’on ne l’ait pas retrouvé ensuite au Tadjikistan vu qu’il comptait y faire un tour avant d’aller en Afghanistan.

En début de soirée, nous partons tous ensemble pour ce qui nous est décrit comme un marché plutôt sympa, ce qui au final s’est avéré être un doux euphémisme! A mesure que nous approchons de la rue du marché, nous commençons à entendre un bruit de foule de plus en plus fort. Il s’agit d’une rue « normale » pendant la journée et sur laquelle des stands de cuisine et de vente de vêtements sont montés en fin d’après-midi. C’est un festival pour les yeux, le nez, et plus tard les papilles. Après près d’un mois en Ouzbékistan, à manger de la nourriture grasse et assez insipide, c’est du bonheur d’arriver dans un endroit où tout le monde ne mange pas seulement que pour ne plus avoir faim, mais aussi pour en tirer une certaine satisfaction. Les stands du marché sont à l’image de l’évolution du Xinjiang et de Ürümqi. Les ouïghours y sont en minorité avec à la place une grande majorité de plats han. Je ne suis pas assez expert dans les plats typiques de chaque région chinoise, mais la plupart des stands proposaient des recettes qu’on trouve aussi dans le reste du pays.

Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang, Chine Bonbons au marché de nuit - Ürümqi, Chine
Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang, Chine Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang, Chine Marché de nuit d'Ürümqi - Xinjiang, Chine
Restaurants au marché de nuit d’Ürümqi

Au fur et à mesure que nous avançons dans la rue, les fumées sont de plus en plus présentes et la nourriture est par moments tellement épicée que la fumée de cuisson fait pleurer et tousser tout le monde, même les locaux. Nous ne nous plaignons malgré tout pas de cette petite gêne tellement nous redécouvrons les joies de sentir des odeurs de bonne bouffe après quasiment un mois de plov et de « soupes » consistant généralement en un bouillon composé de trois patates et un bout de mouton avec de la graisse qui flotte à la surface.

L’odorat en prend pour son grade mais la vue n’est pas en reste. Tous les ingrédients semblent parfaitement frais, et même les fruits de mer semblent dans un état correct alors qu’Ürümqi est à seulement 2250km de l’océan le plus proche. Ce qui me plait le plus est de voir la façon dont les nouilles sont faites. Les cuisiniers partent d’une grosse boule de pâte puis à l’aide d’un couteau coupent de morceaux d’épaisseur et taille équivalentes à toute vitesse. Le tout est ensuite cuit à la poêle avec quelques épices et de la sauce soja pour au final faire des plats de nouilles sautées succulents pour la modique somme de 7 yuan, soit 0,7€.

Le marché est aussi un lien de vie en société, où on croise des jeunes couples qui viennent passer des soirées ensemble. C’est aussi un endroit où l’on vient passer une soirée entre amis pour prendre quelques bières et passer un bon moment. Le problème est que les chinois aiment boire, parfois trop. Quand nous quittons le marché, nous voyons quelques hommes gentiment surveillés par la police en train de cuver dans des brouettes, ou en position latérale de sécurité, ou juste endormis sur un siège qu’on leur a donné pour qu’ils soient sages. Ce marché restera malgré tout ce qui a fait partir notre séjour en Chine sur une bonne note, après les ratés du passage de frontière et dans une moindre mesure du petit déjeuner de nouilles épicées. Comme un symbole, au retour, une fois nos sacs déposés à l’auberge, nous avons foncé à ce marché pour un dernier bon repas avant de partir au Tadjikistan, victime de la même détresse culinaire que son voisin ouzbek…

Send to Kindle

4 commentaires sur “Marché de nuit d’Ürümqi

  1. Pingback: Circuit organisé vers le Lac Kanas, à l'extrême Nord du Xinjiang | Voyage Asie Centrale

  2. Pingback: Balade autour des remparts de la vieille ville de Xi'an | Voyage Asie Centrale

  3. Pingback: A la découverte de l'Asie Centrale | Voyage Asie Centrale

  4. Pingback: Comment aller d'Ouzbékistan en Chine par le Kazakhstan? | Voyage Asie Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *