Fabrique de tapis en soie à Samarcande

Après une expérience plutôt mitigée au Registan, nous avons refusé de rester sur une mauvaise expérience de Samarcande pour cette journée. Après discussion avec des gens de l’auberge, nous partons en quête d’une fabrique de tapis en soie, qui fabrique ses propres fils et la plupart de ses teintures, en plus d’apporter une formation à ses élèves, toutes des jeunes femmes.

Fabrique de tapis en soie - Samarcande, Ouzbékistan

Le trajet du Registan à la fabrique se fait en passant devant l’immense mosquée Bibi Khanoum et la nécropole de Shah-i-Zinda. Bien évidemment, nous avons réussi à nous perdre, et en demandant notre chemin à un monsieur plus très jeune à l’entrée de ce qui s’est avéré être une usine de vêtements en coton, ce brave homme nous gentiment proposé de passer quelque minute avec lui et son compère du même âge. Apparemment les deux semblaient être les gardes de l’usine, et tout le monde a passé un bon moment quand je me suis retrouvé avec le chapeau de l’un des deux sur la tête. Ca nous a presque brisé le cœur de devoir les quitter tellement ils avaient l’air de passer un bon moment à essayer de nous parler. Sur leurs indications, nous avons pu arriver à la fabrique où nous avons été accueillis par la fille du directeur, qui parlait couramment anglais et qui nous a gentiment fait visiter les lieux en nous expliquant les différentes étapes de la fabrication des tapis en soie.

Fabrication des fils de soie

Dans la cour d’entrée de la fabrique, nous sommes d’abord tombés sur de grandes cuves sur lesquelles séchaient des fils blancs. A côté de ces grandes cuves, on en trouvait des plus petites, dans lesquelles les teintures étaient produites. La plupart des teintures sont faites sur place à partir de pigments naturels qui sont bouillis pendant plusieurs heures dans ces cuves, et qui ensuite permettent de donner leurs couleurs aux fils de soie utilisés pour les tapis. La fabrique reçoit les cocons des vers à soie par l’état et s’occupe ensuite de toute la transformation pour obtenir les fils qui serviront ensuite à tisser les tapis. Pour donner un ordre d’idées du travail : il faut 8-10kg de cocons pour faire 1kg de soie. Les cocons sont d’abord étouffés dans des étuves de 70°C à 80°C puis mis à bouillir. L’étape suivante consiste à trouver l’extrémité de chaque cocon (qui n’est fait que d’un même fil) puis à assembler une dizaine de fils de cocons ensemble pour obtenir un fil de soie prêt à être exploité.

Production de teinture pour tapis en soie - Samarcande, Ouzbékistan Séchage des fils de soie - Samarcande, Ouzbékistan Séchage des fils de soie - Samarcande, Ouzbékistan
Production des teintures Séchage des fils de soie Fils de soie en attente d’être tissés

Tissage des tapis en soie

Une fois les fils rassemblés, on peut commencer la production du tapis à proprement parler. Après un passage dans des cuves pour obtenir les couleurs habituellement utilisées, les fils sont placés sur des grands métiers à tisser. C’est là que les employés vont répéter des milliers de fois la même opération : création d’un nœud autour d’un des fils du métier, et on recommence. La qualité et surtout le prix d’un tapis dépend de la densité de nœuds par mètre carré. Plus les nœuds seront fins, plus le tissage prendra de temps et donc plus le tapis sera cher. Certains tapis de grandes dimensions prennent des mois à être tissés. Dans cette fabrique, nous avons pu voir des tapis avec des motifs plus ou moins farfelus comme par exemple un client qui avait voulu avoir un portrait de sa belle-mère en tapis, un autre son chien, etc. Avant de se lancer dans la production du tapis, une fois le motif choisi par le client (et d’autant plus s’il s’agit d’un méthode spécifique), on reproduit ce motif sur une grille représentant la succession de nœuds à réaliser d’une même couleur pour obtenir l’image souhaité. Plus il y aura de nœuds, plus le travail sera long.

Fabrication de tapis en soie - Samarcande, Ouzbékistan Fabrication de tapis en soie - Samarcande, Ouzbékistan Fabrication de tapis en soie - Samarcande, Ouzbékistan
Tissage des tapis en soie

Comment reconnaître un vrai tapis en soie?

Si on n’y fait pas attention, on peut facilement se faire vendre des faux tapis en soie comme ceux que nous avons vus sur les marchés de Boukhara. Pour éviter de rentrer avec un tapis de fabrication industrielle, il existe quelques moyens simples pour reconnaître les vrais tapis en soie :

  • Brûler des bouts de fils : si les fils sont vraiment en soie, ils brûleront lentement en faisant une petite flamme en produisant une cendre grise très légère. Au contraire, la viscose s’enflammera rapidement avec une flamme jaune et laissera une cendre noire. Du polyester brûlera moins vite que de la viscose mais fera une flamme bleue en laissant une cendre noire et dure au toucher.
  • Tirer les extrémités du tapis : une technique souvent utilisée par les fabricants industriels de tapis consiste à mettre des bouts de soie à l’extrémité des tapis pour faire croire que tout le tapis est en soie. Faire brûler ces extrémités donnera déjà un indice, mais il faut en fait tirer sur les bouts qui dépassent et voir si des fils du tapis bougent en même temps. Si oui, on aura peut-être affaire à un vrai tapis en soie. Sinon, il faut pousser l’expérience un peu plus loin et tirer sur un des fils regroupés et voir si ce fil s’étend vraiment sur toute la longueur du tapis.
  • Vérifier le type de nœuds : un tapis industriel sera facile à reconnaître puisque le tissu aura plus été aggloméré que vraiment noué autour d’un fil de base sur le tissage. Si on ne peut pas distinguer de nœuds à l’arrière du tapis, il s’agira très vraisemblablement d’un tapis en matière synthétique.
Send to Kindle

2 commentaires sur “Fabrique de tapis en soie à Samarcande

  1. Pingback: Les médersas de la place du Registan à Samarcande | Voyage Asie Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *