Visite de Khiva, merveille de la Route de la Soie

Après quatre jours extrêmement agréables et intéressants à Boukhara, nous partons à la découverte de l’une des autres villes légendaires de la Route de la soie : Khiva, à l’Ouest de l’Ouzbékistan, à la frontière avec la Turkménistan. Après quelques jours de marche à travers le désert du Khorezm, les caravanes arrivaient pour un repos bien mérité dans l’oasis de Khiva, avant de repartir plus à l’ouest à travers le désert du Kyzyl Kum vers le Turkménistan.

Kalta Minor et Koukhna Ark - Khiva, Ouzbékistan



Contrairement aux caravanes de la route de la soie, nous n’avons pas traversé le Kyzylkum à pieds ou chameau, mais en voiture, d’autant plus à deux au lieu de quatre puisque nos deux camarades de route potentiels, Christina et Julian ont dû rester à Boukhara pour essayer de tirer de l’argent à un distributeur. Nous avons donc le luxe de la place avec juste un chauffeur pour nous. Après quelques kilomètres à encore voir les terres irriguées autour de Boukhara, nous entrons dans le vif du sujet avec le fameux Kyzyl Kum, ou désert rouge. Pendant le trajet en train entre Tashkent et Boukhara, je trouvais déjà que le désert était monotone et triste, mais le côté de Boukhara à Khiva est une catastrophe : tout est plat, vraiment sans vie, sans dunes, sans relief, avec un peu de végétation moche. Bref, pas grand chose à se mettre sous la dent, et même le chauffeur est déjà désespéré quand il nous montre la route devant nous : toute droite, avec très peu de virages, et une ligne d’horizon toute plate. Heureusement, la route est pourrie et pleine de trous, ça le force à rester éveillé (sans l’empêcher de rouler un peu trop vite…). La seule chose qui m’aura fait apprécier ce désert est d’écouter un album qui m’avait déjà poussé à venir dans la région : Moon Rise Over The Silk Road, un superbe album de musiques indiennes et persannes, qui me renvoie encore une fois dans la vision romantique de la route de la soie. Comme quoi, il en faut peu pour rendre un trajet destiné à être soporifique en instant magique… Après 5-6h de trajet incluant une pause et les traditionnels checkpoints de la police, nous voilà à Khiva, pour passer deux nuits à l’Islambek Guest House, dans l’enceinte de la vieille ville : Ichon Kala.

Aussi étonnant que ça puisse paraître, le pouvoir soviétique avait décidé dans les années 1960 de restaurer complètement tous les monuments (en particulier religieux) de la ville pour assurer du tourisme dans les environs, et ça a été une plutôt bonne idée. Bien que le sentiment de ville-musée soit encore plus prononcé qu’à Boukhara et qu’au final la densité touristique soit plus forte (puisque c’est plus petit), le tout reste quand même très beau et très plaisant. La ville nous a occupés pendant une journée et est restée un bon souvenir du voyage.


Mosquées et médersas de Khiva

Contrairement à Boukhara où la distance entre les monuments fait qu’on arrive à se rappeler du nom de chacun, à part quelques lieux-clés, je n’ai quasiment rien retenu. C’est peut-être la grande tristesse de ce séjour à Khiva. Tout est tellement beau et en bon état que c’en est presque trop.

Juma Masjid, ou la Mosquée du Vendredi

Certaines mosquées et médersas valent vraiment le coup et nous avons été tout particulièrement impressionnés par la Juma Masjid (ou mosquée du vendredi) et son haut minaret au sommet duquel on a une vue imprenable sur l’oasis et sur des kilomètres de désert. La mosquée est surtout impressionnante par ses piliers de bois superbement travaillés et récupérés au fil des inondations en amont de l’Amou Darya. Pour améliorer la beauté des lieux et pour respecter l’aspect sacré des piliers des mosquées des environs, ces piliers étaient réutilisés. On en retrouve donc désormais des piliers de plusieurs époques différentes, donc différentes modes de travail. Inévitablement, il y a un petit magasin de souvenirs sous le puits de lumière qui éclaire toute la mosquée, mais c’est vraiment un endroit magnifique. Nous montons ensuite au sommet du minaret pour profiter d’une très belle vue sur Khiva et le désert du Kyzyl Kum. De là-haut, on voit beaucoup mieux les dômes qui surplombent les toits de tous les bâtiments de la ville, bien pratiques pour préserver un peu de fraicheur pendant les grosses chaleurs de l’été.  Tout comme le Minaret Kalon à Boukhara avait servi à jeter criminels du sommet et à surveiller l’arrivée des armées ennemies, et vu l’absence totale de relief dans ce désert, ce minaret servait d’excellente tour de guet, et il était difficile de passer inaperçu pour venir attaquer la ville…

Mosquée Juma - Khiva, Ouzbékistan Pilier de la Mosquée Juma - Khiva, Ouzbékistan Vue sur Khiva du minaret de la Mosquée Juma - Khiva, Ouzbékistan
Intérieur de la Mosquée Juma Pilier de la Mosquée Juma Vue du sommet du minaret
de la mosquée Juma

Kalta Minor et médersa Mohammed Amin

L’un des symboles de la ville est aussi le Kalta Minor ou minaret court. Commandé en 1852, par Mohammed Amin, pour compléter la médersa qui porte son nom,  il aurait dû s’élever à 70m mais sa construction a été abandonnée par son successeur et s’est arrêtée à 26m. Il aurait dû être visible jusqu’à Boukhara et aurait eu pour vocation de servir de phare pour les caravanes. Il est en tout cas aisément reconnaissable par ses tuiles vert jade et son diamètre imposant. Son sort est moins triste que celui de la médersa Mohammed Amin, qui sert maintenant d’hôtel pour touristes rêvant de vivre la vie des étudiants de l’école…

Kalta Minor - Khiva, Ouzbékistan Rue voisine du Kalta Minor - Khiva, Ouzbékistan Remparts et Kalta Minor - Khiva, Ouzbékistan
Le Kalta Minor et les
murs du Koukhna Ark
Kalta Minor et mur de la
médersa Mohammed Amin
Kalta Minor et
mur du Koukhna Ark



D’autres bâtiments méritent aussi une mention spéciale :


Médersa Dost Amildjan - Khiva, Ouzbékistan Médersa Dost Amildjan - Khiva, Ouzbékistan Médersa Allakouli Khan - Khiva, Ouzbékistan
Pilier d’une cour de la
médersa Dost Amildjan
Façade d’une cour de la
médersa Dost Amildjan
Médersa Allakouli Khan


Le Koukhna Ark ou Palais du Khan

Le dernier monument que nous ayons visité a été le Palais du Khan, ou Koukhna Ark. Si les khans de Khiva ont toujours eu plusieurs résidences, le Koukhna Ark restait malgré tout la résidence principale et surtout la dernière fortification en cas d’invasion. La visite s’est faite en fin d’après-midi, alors que le soleil commençait gentiment à baisser dans le ciel. Avant de pouvoir arriver à la terrasse de la tour principale, il faut traverser plusieurs salles aux murs couverts de mosaïques, aux plafonds inévitablement soutenus par de superbes piliers en bois richement décorés. Avec les rideaux installés dans certaines salles, on s’imagine assez facilement venir faire des festins dans ces endroits (même si la plupart ont plutôt dû servir de lieu de travail pour le khan). Depuis la terrasse, on a une vue imprenable sur tout Khiva vers l’est, et le désert partout ailleurs. Nous ne pouvons malheureusement pas profiter du coucher de soleil puisque c’était censé fermer. En sortant, un groupe de français nous propose de rentrer, mais en faisant remarquer que c’est seulement en donnant quelques milliers de sum aux policiers à l’entrée que l’on peut profiter du spectacle. C’est un cas assez typique de corruption très ordinaire en Ouzbékistan, mais nous trouvons déplorable l’attitude du tour-operator et du guide qui cautionnent un système verreux. Finalement, nous rusons en grimpant sur les remparts Nord d’où nous avons aussi une très jolie vue. En rentrant à l’auberge, nous avons le plaisir de voir les locaux reprendre le pouvoir dans les rues, et donc voyons des enfants jouer tranquillement devant leur maison sous l’œil bienveillant de leurs parents qui discutent avec leurs voisins. Avec le peu de voitures qui circulent dans la vieille ville, c’est une atmosphère très sereine et paisible qui règne, assez proche même du soulagement pour les habitants qui peuvent enfin profiter de la vie, une fois tous les touristes bien sagement rentrés à leur hôtel.

Salle du Koukhna Ark - Khiva, Ouzbékistan Médersa Mohammed Amin et Kalta Minor depuis le Koukhna Ark - Khiva, Ouzbékistan Coucher de soleil sur les remparts de Khiva - Khiva, Ouzbékistan
Salle du Koukhna Ark Vue sur la médersa Mohammed Amin et
le Kalta Minor depuis le Koukhna Ark
Coucher de soleil sur les
remparts de Khiva





Marché de Khiva



Situé tout près de notre auberge, le marché était moins moderne que le nouveau bazar à Boukhara, mais avait l’intérêt de ne vendre que des produits de la vie quotidienne, la plupart du temps posés à même le sol, avec tout de même une bâche pour les protéger du soleil. Les inspecteurs de la commission sanitaire de l’union européenne s’arracheraient les cheveux en voyant les bouts de viande pendre directement à l’air libre sans système de réfrigération, mais bien que ce soit une constante dans tout le pays (très souvent, on voit des pattes de moutons pendues sur le bord de la route à côté d’un petit étal), nous n’avons jamais été malades en Ouzbékistan. La viande est toujours fraiche donc malgré toute la poussière ou les mouches qui peuvent lui atterrir dessus, le risque sanitaire est étonnamment bas. Nous y sommes d’abord passés le matin pendant qu’il y avait encore de la vie, notamment pour acheter un stylo et un cahier pour tenter de tenir un carnet de route, puis le soir pour faire des réserves pour un dîner que nous allions faire avec Régis et Charlotte, deux français rencontrés le jour-même, sur le toit de notre l’auberge. Ils étaient partis de Savoie pour rejoindre le Kirghizstan dans un gros van, donc avaient tout ce qu’il faut pour préparer de la cuisine, donc nous nous sommes payés le luxe d’un plat de pâtes et d’une bière sous les étoiles avec une vue imprenable sur les toits de Khiva de nuit. C’était une bien bonne soirée!

Marché de Khiva - Khiva, Ouzbékistan Vendeuse d'oeufs au marché de Khiva - Khiva, Ouzbékistan Boucher du marché de Khiva - Khiva, Ouzbékistan
Ambiance au marché de Khiva Vendeuse d’oeufs Le boucher





Précédent Catégorie Suivant
Marchés et bazars de Boukhara Ouzbékistan Moynaq, cimetière de bateaux de la Mer d’Aral






Send to Kindle

2 commentaires sur “Visite de Khiva, merveille de la Route de la Soie

  1. Pingback: Moynaq, cimetière de bateaux de la Mer d'Aral | Voyage Asie Centrale

  2. Pingback: A la découverte de l'Asie Centrale | Voyage Asie Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *