Dushanbe, nos premiers pas au Tadjikistan

Après un mois de bonheur en Chine, comme prévu, il était temps pour nous de gagner le Tadjikistan, fin de notre périple.  L’ensemble du trajet de Ürümqi pour Dushanbe n’a pas été une bonne entrée en matière dans le pays, et heureusement tout s’est amélioré ensuite.

Arrivée au Tadjikistan

Le laxisme de la compagnie aérienne (mandatée par China Southern Airlines) quant aux chargements autorisés en soute et l’abondance de bagages en soute nous a inquiétés au point que j’ai presque dû tirer Sab dans l’avion au moment de l’embarquement tellement tout le monde avait acheté plein de produits de toutes sortes pour ensuite les revendre au Tadjikistan. Le temps pris par l’avion pour finalement décoller à la fin de son élan lui a presque donné raison. Une fois arrivé à Dushanbe, nous avons pu passer la douane sans que le policier à l’air corrompu jusqu’à l’os n’essaie de nous arnaquer. Un taxi nous a amenés à un vieil hôtel de l’époque soviétique bien glauque, où un mec bourré a touché les seins de Sab alors qu’elle se lavait les mains dans la salle de bains commune avant ensuite d’essayer de rentrer dans notre chambre avec un pain qu’il voulait nous donner pour essayer de se faire pardonner. Nous avons fui cet hôtel dès le lendemain matin pour partir au Acted Homestay sur la rue Mirzo Tursunzoda. Là-bas nous étions au calme, dans une famille plutôt sympathique. Je recommande chaudement cette adresse plutôt bien située pour un tarif plutôt décent par rapport à ce que l’on peut trouver dans cette ville.

Activités à Dushanbe

Nous avons passé notre dernière semaine au Tadjikistan à préparer notre nouvelle vie en France et essentiellement chercher du travail. Malgré tout, il peut y avoir quelques activités intéressantes :

  • Mosquée ismaelite où vous trouverez toujours quelqu’un de bien plus instruit que les autres locaux pour vous guider (merci les programmes d’éducation financés par l’Aga Khan)
  • Musée des antiquités avec pas mal d’objets de différentes époques. Inévitablement, notre guide était elle aussi une ismaelite qui parlait couramment anglais
  • Admirer le détournement d’argent public pour la gloire du président avec son palais présidentiel utilisé au mieux 5 fois par an alors que les infrastructures du pays sont défaillantes
  • Bazar au bout de la rue Mirzo Tursunzoda avec son large choix de tissus, pains, fruits, légues, etc.

Danseuse à Dushanbe, Tadjkistan | Voyage-asie-centrale.net

Transports à Dushanbe

Il existe de nombreux bus, facilement accessibles depuis cette guesthouse. Les deux points les plus importants lors d’un voyage à partir de Dushanbe sont les deux gares routières. Celle au sud permet de rejoindre les Pamir avec des 4×4 collectifs pour Khorog, et celle du nord pour aussi des voitures collectives pour les montagnes Fan et Ishilkul.

Pour partir pour Khorog, notre prochaine étape, nous étions donc à la gare routière du Sud, où nous avons réservé notre place la veille du départ, en insistant bien pour prendre l’itinéraire Sud, qui longe la rivière Pyanj et l’Afghanistan. Ce trajet est un peu plus long en kilomètres, mais moins accidenté et mieux entretenu. Ainsi, nous n’avons eu besoin « que » de 8 ou 9 heures pour arriver à Khorog, contre les 16 heures que nos camarades ont passées par l’itinéraire Nord aux routes défoncées.

Boire et manger à Dushanbe

Notre cantine a été le Merv, chaine de restaurant turque qui fait de la nourriture plutôt bonne à un prix tout à fait raisonnable. Un restaurant coréen venait d’ouvrir juste à côté du Merv  au moment de notre séjour, où nous avons fait partie des premiers clients. Le restaurant géorgien sur Rudaki valait largement le déplacement. Gastronomiquement, le Tadjikistan est dans une détresse pire que celle de l’Ouzbékistan voici, où la bouffe était déjà mauvaise. La Chine nous a grandement manqué tout le temps que nous étions dans le pays.

 

Send to Kindle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *